Le Groupe

Développement durable

L’entreprise connue aujourd’hui sous le nom d’Arctic Paper Munkedal AB a été fondée en 1871 sur un site où des moines pêchaient le saumon, en un point où la rivière Örekil se jette dans le fjord de Gullmar. L’Örekil et le fjord de Gullmar se trouvent dans l’une des plus belles zones naturelles de la côte ouest de la Suède, devenue peu à peu rurale.

On s’est rendu compte dans les années 1960 que les effluents de papeterie étaient néfastes pour l’environnement. Ce coup de semonce a été à l’origine de notre engagement à long terme. Les papeteries Arctic Paper ont été parmi les premières à prendre des mesures visant à prévenir l’incidence négative de la production de papier sur l’environnement naturel.

En 1966, nous avons cessé la production de pâte à Munkedal. Au fil des ans, notre compréhension des phénomènes liés à la pollution s’est accrue et nous avons consacré notre savoir-faire à mettre au point des procédés toujours moins nocifs pour l’environnement.
Parallèlement, nous avons cherché à réduire notre consommation d’eau et d’énergie. Dans les années 1980, nous avons mis en œuvre des procédés biochimiques de purification de nos eaux usées. Dans les années 1990, nous avons été les premiers à proposer du papier couché non chloré.

C’est à cette époque que nous avons fait l’acquisition de la papeterie de Kostrzyn en Pologne, à proximité de la Warta et de l’Oder . Cette papeterie a depuis fait de gros progrès en matière de préservation de l’environnement, devenant un leader en la matière en Pologne. Une centrale thermique à gaz y a récemment remplacé l’ancienne centrale à charbon.

Nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à l’assainissement et à la réutilisation de nos eaux usées, le but étant de rejeter dans l’environnement une eau parfaitement saine. On peut notamment étudier ce procédé dans notre Centre environnemental de Munkedal, dont le hall des expositions est situé à proximité des grands bassins servant à la dernière phase de purification. Nous y recevons nos clients, des écoliers et toutes personnes désireuses d’en apprendre davantage sur la préservation de l’environnement.

La papeterie de Munkedal est désormais l’une des plus écologiques du monde. Outre une faible consommation d’eau, elle affiche des chiffres d’effluents parmi les plus bas du secteur. Ainsi, la fabrication d’un kilogramme de papier fin nécessite généralement 16 litres d’eau, contre moins de 3 litres chez nous. Nos émissions dans le fjord ont diminué régulièrement et l’eau que nous y rejetons actuellement est pratiquement exempte de corps étrangers.

Résultat de toutes ces mesures, le fjord a pratiquement retrouvé son état antérieur. Le fjord de Gullmar est à nouveau un lieu propre et sain où abondent mouettes et saumons.