MIEUX CONNAÎTRE LE PAPIER

Design Economique – Comment choisir le format?

Article écrit par Michał Büthner-Zawadzki,
Conseiller papier Arctic Paper Polska

Lors de la conception d'une publication, l'une des décisions les plus importantes est de choisir le format. Il peut sembler que le choix soit basé sur l'esthétique ou la fonctionnalité qui, à son tour, influence l’épaisseur, la facilité d'ouverture et les proportions. Mais il y a plus d’éléments à prendre en compte.

Paramètres à prendre en considération
Dans son livre « Éléments du style typographique » Robert Bringhurst consacre un chapitre entier à la conception d’une page - son format et ses proportions. Fait intéressant : les formats décrits dans la norme ISO 216, c'est-à-dire les formats A et B, habituellement utilisés dans l'industrie graphique, sont, selon l'auteur, parmi les moins harmonieux. Leur avantage indéniable est le fait que la feuille de proportions 1: √2, lorsqu'elle est pliée en deux, nous donne une feuille de mêmes proportions.

Papier en feuille – Format ISO ou autres formats?
Les formats A3, A4 et A5 sont utilisés pour les cahiers, les blocs-notes, le papier bureautique etc. Ce sont les formats optimaux de papier standard disponible dans le commerce, donc justifiés économiquement. Cependant, dans les livres et éditions plus luxueux, les formats ISO sont rarement utilisés. C'est probablement parce que les designers qui ont une âme artistique, ressentent la dissonance de ces formats standard.

...

Une question peut se poser : quels formats sont les plus économiques et à quoi faut-il faire attention lors de la conception d'une publication? Pour cela votre imprimeur peut normalement vous aider. Si celui-ci insiste sur une conception tout en format ISO, le risque existe toutefois que nous souhaiterions consulter plusieurs imprimeurs.

Théoriquement, il est possible d'imprimer une publication dans n'importe quel format, tant que nous avons du papier disponible dans le format approprié. La solution la plus courante et la plus économique est de commander du papier en fabrication dans le format personnalisé et donc optimisé auprès d'un producteur de papier. La quantité peut être un obstacle – une fabrication demande généralement un minimum de 2,5 à 3 tonnes et le délai de livraison est généralement de 3 à 5 semaines.

Si le volume et le tirage sont insuffisants pour faire une production spéciale ou si l'impression doit avoir lieu rapidement, nous devons utiliser des formats standard de papier disponible en stock (usine ou distributeur). Habituellement, nous trouverons une offre dans les formats suivants: 610 x 860 mm (RA1), 630 x 880 mm (A1 +), 640 x 900 mm (SRA1), 700 x 1000 mm (B1), et 720 x 1020 mm (RB1). De plus, il existe des feuilles demi-format de 450 x 640 mm et 460 x 640 mm. Pour le numérique, il y a aussi le format 32 x 45.

...

Les cahiers et l'imposition
Supposons que nous concevons une édition en quadrichromie avec une reliure collée-cousue. Notre publication sera imprimée sur des feuilles qui seront pliées en ”cahiers”, puis rassemblées dans un bloc et cousus, collés et reliés dans une couverture. L'imprimerie utilise généralement des cahiers de 16 ou 32 pages. Quand le nombre de pages d’un livre ne peut pas être divisé par 16, l'imprimeur doit s'appuyer sur des cahiers de 8 ou 4 pages. La disposition des pages sur la forme imprimante, permettant d’obtenir un cahier cohérent lorsque la feuille sera pliée, est appelé "imposition”.

Lors du choix du format pour notre catalogue, nous devons vérifier sur quel format de feuille d'impression nous pouvons la planifier. Nous devons garder à l'esprit que nous ne pouvons pas utiliser toute la surface de la feuille. Une partie de la feuille sera réservée pour l'imprimerie. Pourquoi? 12 mm pour les prises de pinces qui maintiendront la feuille par son côté long et la transporteront à travers les éléments d’impression. 5 mm pour la barre de contrôle des couleurs (impression en quadrichromie) ou des niveaux de gris (impression monochrome) pour le contrôle de la densité optique des encres. Ensuite, il faut 3 mm pour les fonds perdus. Ceux-ci doivent être prélevés sur le côté court, ce qui nous amènera à 23 mm. Sur le côté long, 5 mm seront pris par les marques de repérage et 3 mm par les fonds perdus. Au total 16 mm. Mais ce n'est pas tout. Après collage de la couverture, le bloc cahiers de notre catalogue sera découpé des trois côtés sur un massicot à trois couteaux. Habituellement, on enlève environ 5 mm. C'est pourquoi les pages sur la feuille doivent être séparées de 10 mm au point de découpe. Il faut encore compter 6 mm de fond perdu entre deux cahiers.

...

Supposons que le catalogue ait un format similaire à celui de B5. Essayons de calculer le format maximum (de pages) pouvant être placées sur la feuille B1, qui mesure 700 x 1000 mm. Nous devrions pouvoir insérer deux cahiers de 16 pages. Après avoir pris en compte et soustrait tous les éléments décrits précédemment et arrondi aux unités complètes, nous arriverons à un format B5 net de 166 x 239 mm.

De tels calculs peuvent être effectués de manière analogue pour d’autres formats d'impression. Nous pouvons ainsi créer un catalogue de « formats économiques ». Lors de la décision d'un format, recherchons plutôt une proportion, une base sur laquelle nous pouvons calculer le format correspondant à l'un des ”formats économiques”.

...

Et si nous n’avions pas fait ce calcul mais avions décidé de concevoir un catalogue pour notre client au format 168 x 240 mm? Si l'imprimerie parvient à acheter le papier que nous avons choisi (nous ou le client) au format 720 x 1020 mm - nous pouvons nous considérer chanceux – la quantité de papier n'augmentera que d'environ 5%. Sinon, l'imprimeur devra faire un cahier 16 pages supplémentaire sur une feuille RA1: 610 x 860 mm. Cela entraînera un important gaspillage de papier. Calculons de combien.
Nous aurons besoin des hypothèses suivantes: volume du dossier - 320 pages, tirage - 3000 exemplaires, papier en 100 g / m².

Un catalogue au format 168 x 240 mm
• 1 cahier de 16 pages sur une feuille RA1 (610 x 860 mm)
• 1 catalogue : 20 feuilles RA1
• 3000 catalogues : 60 000 feuilles RA1
• Quantité de papier: 60 000 x 0,5246 m² x 100 g / m²
= 3148 kg

Un catalogue au format 166 x 239 mm
• 2 cahiers de 16 pages sur une feuille B1 (700 x 1000 mm)
• 1 catalogue: 10 feuilles B1
• 3000 catalogues : 30 000 feuilles B1
• Quantité de papier: 30 000 x 0,7 m² x 100 g / m²
= 2100 kg

...

L'impression d'une édition au format 168 x 240 mm à partir de la feuille RA1 consommera 50% de papier en plus. Dans ce cas, si nous prenons un prix moyen du papier de 1 EUR / kg, le prix augmentera d'environ 1050 EUR. Nous devons également ajouter le coût de deux fois plus de plaques offset et deux fois plus de temps d'impression. Le tirage peut également être plus important et le papier peut être plus cher.

La situation décrite n'est qu'un exemple théorique qui nous aide à illustrer la question de l'économie des formats. En pratique, le nombre de facteurs qui influencent l'imposition et à son tour, le format du papier, peut être plus élevé. Selon le nombre et le format des pages, le type de couverture, la qualité du papier et les paramètres de la machine de pliage, l'imposition d’une même publication peut se faire de différentes manières. Pour les formats carrés on utilise plutôt des cahiers de 12 pages. Le calcul d'un ”format net” sera légèrement différent lors de l'impression sur des machines de demi taille - nous imprimons sur une format plus petit, mais les éléments utilisés par l'imprimerie sont les mêmes que pour une grande machine. Le pourcentage d’espace réservé par l’imprimerie sera donc plus important sur une petite machine. Pour un travail monochrome - en un seul passage - pas besoin de prévoir de la place pour les marques de repérage.

En conclusion – communiquons!
La communication entre les participants d’un projet : le client final, le designer graphique et l’imprimeur est cruciale et doit se mettre en place dès la planification du travail. Cela peut nous éviter de nombreux problèmes de production qui peuvent parfois s'avérer coûteux. Par conséquent, nous parlerons dès que possible à l'imprimeur du projet d'impression, afin de trouver les meilleures solutions. C'est pourquoi, il est bon d'avoir quelques imprimeurs de confiance avec qui échanger sur nos idées de projets, pas seulement celles liées au format.

#Getintopaper
Si vous souhaitez du conseil pour le choix de votre papier ou recevoir des échantillons, contactez-nous Arctic Paper sales office.